Image

CAA Québec et l’évolution du transport collectif à Québec

CAA-Québec salue et adhère à la vision de la Ville de Québec pour le développement de son réseau structurant incarné par 23 km de tramway comme colonne vertébrale, mais aussi de 17 km de trambus et de 16 km de nouvelles voies réservées pour desservir la banlieue. Ce réseau moderne et ambitieux a un potentiel évident pour soulager la congestion et améliorer la fluidité. « Ce qu'on nous propose va tellement plus loin que le projet précédent! C'est le SRB, avec un tramway et des allures de métro en Haute-Ville! Mais maintenant, pour que ça marche, il faudra que les gens embarquent, non seulement dans le train, mais aussi dans le projet », affirme Sophie Gagnon, vice-présidente communications et affaires publiques de CAA-Québec.

CAA-Québec milite pour une multimodalité et on la retrouve dans ce projet, avec le tramway, le trambus, les articulés, etc. Par ailleurs, on semble avoir pensé à tout le monde. Les utilisateurs du transport en commun, bien sûr, mais aussi les automobilistes, qui ne perdent que très peu de voies de circulation. En échange, ils devraient sentir très concrètement un impact positif sur la congestion. « C'est une solution qui est bien pensée pour les besoins des différents usagers et qui colle à la réalité de la ville. On sent le sérieux de la démarche et que chaque élément du système tombe à sa place et répond aux besoins », poursuit Sophie Gagnon. De plus, la ville prévoit l'ajout de 5000 places gratuites de stationnement dans de nouveaux Parcs-O-bus et deux nouveaux liens mécaniques pour les piétons, entre la Haute-Ville et la Basse-Ville.

CAA-Québec a sondé ses membres, l'été dernier, et force est d'admettre que la ville a tenu compte de bon nombre de leurs préoccupations par exemple, les deux tunnels, totalisant 3,5 km, devraient rassurer les automobilistes qui craignent de perdre des voies de circulation ou de stationnement, ou encore les perturbations, pendant la mise en place. En outre, la construction de voies pour les autobus à l'écart de la circulation, évitera d'enlever de l'espace aux automobilistes.

 

« Nos membres demandent aussi à être convaincus de l'efficacité d'un tel système et que chaque dollar soit bien investi. À ce titre, CAA-Québec enjoint la ville à prendre son bâton de pèlerin et à expliquer son projet à la population, dès demain matin. Voilà une condition essentielle pour que ça fonctionne et qui avait cruellement manqué pour le projet de SRB.
Il ressort aussi du sondage, mené l'été dernier, que les banlieues ne doivent pas être oubliées. À ce titre, le réseau proposé semble suffisamment étendu pour rallier 65% de la population en moins de 10 minutes de marche. Le réseau s'étend de Beauport à Cap-Rouge et de Neufchâtel à Sainte-Foy. Par contre, et c'est le seul bémol, les membres de CAA-Québec avaient clairement demandé d'inclure la Rive-Sud dans son réseau. Or, dans sa présentation, la Ville de Québec a prévu plusieurs scénarios intéressants, mais rien n'est encore attaché, malheureusement, pas même les coûts », ajoute madame Gagnon.

 

« Outre l'absence d'un lien vers la Rive-Sud, c'est un excellent projet sur papier », conclut madame Gagnon. « Le maire Régis Labeaume a juré qu'il n'y aurait pas de hausse de taxes liée à ce projet et que le cadre financier est solide, mais on a hâte d'obtenir tous les détails et la confirmation de l'engagement du gouvernement fédéral. C'est un projet très coûteux qui commande la transparence la plus totale de la part de la Ville. Des consultations sont organisées et il faudra en tirer profit au maximum. C'est la population qui décidera si c'est un bon projet ou pas, alors il faudra l'écouter.»

<< Retour

Recherche