Image

Le train à l’hydrogène à l’étude en Ontario

L'Ontario prend les prochaines mesures pour explorer le potentiel des trains mus à l'hydrogène comme solution de rechange aux trains électriques conventionnels alors que la province transforme le réseau GO en un système de transport en commun rapide qui offrira un service plus rapide et plus fréquent aux navetteurs et aux familles. Le 22 février dernier, Kathryn McGarry, ministre des Transports, rendait publique l'étude de faisabilité du projet Hydrogen Rail (Hydrail) de la province, qui a révélé qu'il serait possible de construire et d'exploiter un service ferroviaire électrifié sur GO Transit et l'UP Express en utilisant des trains alimentés à l'hydrogène à un coût comparable à celui de l'électrification conventionnelle au moyen de caténaires.

 

« L'avantage potentiel des piles à hydrogène par rapport aux caténaires rend intéressante l'exploration de la technologie du rail à hydrogène. Notre gouvernement passe à l'étape suivante en évaluant comment cette technologie importante pourrait fonctionner pour notre propre système de transport en commun », de dire la ministre McGarry. Voici quelques faits saillants concernant ce dossier :
• La province investit 21,3 milliards de dollars pour transformer le réseau GO d'un système de transport en commun vers un système régional de transport en commun rapide.
• Les piles à hydrogène peuvent être utilisées pour alimenter les trains en remplaçant les moteurs diesel des locomotives par des piles à combustible propre. 
• Les trains alimentés à l'hydrogène peuvent fournir des services ferroviaires électrifiés sans avoir besoin de caténaires aériennes.
• Contrairement aux trains électriques conventionnels, qui consomment de l'énergie électrique tout en fonctionnant, l'hydrogène peut être produit en dehors des heures de pointe en utilisant de l'énergie renouvelable et stocké pour une utilisation future à un coût comparable à celui des systèmes ferroviaires électriques conventionnels. 
• Depuis 2013, l'Ontario a construit trois nouvelles gares GO, rénové 10 gares GO existantes et ajouté environ 7000 nouvelles places de stationnement aux gares GO. La province a aussi acheté 264 nouveaux autobus GO, 150 nouveaux wagons de train et 10 nouvelles locomotives GO.

 

L'Ontario collabore avec les fabricants de trains Alstom et Siemens pour produire des concepts qui intègrent les piles à hydrogène dans des trains à deux niveaux, semblables à ceux actuellement utilisés par GO Transit. De plus, la province lance une demande de propositions pour la conception d'une locomotive alimentée par piles à hydrogène, ce qui pourrait mener à un prototype de véhicule ferroviaire qui serait mis à l'essai sur le réseau ferroviaire GO. L'électrification du réseau de GO Transit fait partie du plus grand projet ferroviaire au Canada, alors que l'Ontario transforme GO Transit d'un réseau de transport en commun à un réseau régional de transport rapide. Les trajets hebdomadaires à travers l'ensemble du réseau ferroviaire de GO vont croître d'environ 1500 à près de 6000 d'ici 2025, avec un service bidirectionnel de 15 minutes toute la journée pour les navetteurs et les familles de toute la région.

« Notre étude de faisabilité sur la technologie à l'hydrogène et notre symposium Hydrail ont montré qu'il vaut la peine d'examiner plus en profondeur l'utilisation des véhicules ferroviaires à piles à combustible à hydrogène pour électrifier le réseau GO Transit », explique Phil Verster, président et chef de la direction de Metrolinx. « Mon équipe et moi-même attendons avec impatience l'occasion d'examiner plus à fond la portée, les coûts, les avantages et les risques de cette technologie au cours des prochains mois. Nous voulons nous assurer de prendre la meilleure décision possible pour les collectivités de l'Ontario. »

« Investir dans le transport en commun durable et innovateur fait partie du plan de l'Ontario pour promouvoir l'équité et les chances de succès en cette période d'évolution rapide de l'économie. Notre plan comprend un salaire minimum plus élevé, l'amélioration des conditions de travail, la gratuité scolaire pour des centaines de milliers d'étudiants, un meilleur accès à des services de garde d'enfants abordables, ainsi que les médicaments d'ordonnance gratuits pour les jeunes de moins de 25 ans, grâce à la plus grande expansion de l'assurance-santé en une génération. »

<< Retour

Recherche