Image

Toyota, TEQ et les piles à hydrogène

Toyota financera des initiatives s'inscrivant dans la Politique énergétique 2030 du Québec, notamment un réseau pilote de stations-services offrant divers types de carburants dont du combustible à l'hydrogène, et collabore avec des groupes comme Transition énergétique Québec (TEQ), l'organisme public nouvellement créé par le ministère de l'Énergie et des Ressources naturelles, pour soutenir, encourager et promouvoir la transition énergétique ainsi que l'innovation et l'efficacité en la matière.

Au terme de la récente rencontre entre le ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles du Québec de l'époque, Pierre Arcand, le président du conseil de Toyota Motor Corporation, Takeshi Uchiyamada, Toyota Canada et TEQ ont annoncé leur intention de signer un protocole d'entente en vue de déterminer les infrastructures nécessaires à l'arrivée sur nos routes de véhicules à pile à hydrogène. Cette annonce a été faite dans le cadre du volet japonais d'une mission en Asie du ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles, ministre responsable du Plan Nord et ministre responsable de la région de la Côte-Nord, Pierre Arcand. Cette mission se déroule en deux temps, soit du 17 au 20 septembre au Japon puis du 20 au 25 septembre en Chine et a pour objectif de positionner le Québec parmi les joueurs de premier plan en matière de ressources naturelles, d'énergies renouvelables et d'électrification des transports.

Lors du récent Salon de l'auto de Montréal, le manufacturier japonais a annoncé qu'il allait lancer un projet pilote dans la région de la Capitale nationale avec sa Mirai, une automobile à piles à hydrogène. Ce projet servira de lancement de la Mirai au Canada et requerra l'installation d'infrastructures de ravitaillement d'hydrogène dans la région de la ville de Québec. Pour l'instant, le Québec compte deux stations du genre, un aux bureaux de Toyota à Montréal et une seconde à l'Institut de recherche en hydrogène de l'Université du Québec à Trois-Rivières. De son côté, le nouveau ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Moreau, y voit la possibilité pour Hydro-Québec d'acquérir une expertise en hydrogène qui pourrait lui permettre de songer à en fabriquer ici même au Québec en utilisant une partie de ses surplus.

« Nous sommes ravis de faire équipe avec Transition énergétique Québec pour déterminer les exigences en ce qui concerne les infrastructures destinées aux véhicules à pile à hydrogène », s'est félicité Stephen Beatty, vice-président de Toyota Canada inc. « Nous voulons offrir aux Québécois la possibilité de conduire des véhicules à pile à hydrogène qui réduiront de façon importante les émissions de gaz à effet de serre. » Toyota et le Gouvernement du Québec unissent leurs efforts en vue d'atteindre leur objectif commun, celui de réduire les émissions de carbone des véhicules qui circulent sur les routes du Québec.

« Le Québec a tout à gagner en collaborant avec des partenaires tels que Toyota, un acteur de premier plan dans le secteur des véhicules à hydrogène, car nous aurons ainsi toutes les cartes en main pour réussir notre transition énergétique », a indiqué la présidente de TEQ, Johanne Gélinas. Le président du conseil de Toyota, Takeshi Uchiyamada, a profité de son passage à Brossard il y a deux semaines pour annoncer la construction à son bureau régional du Québec du premier centre de service et de ravitaillement pour les véhicules à hydrogène Cette annonce représente la première étape de la mise en œuvre de telles infrastructures au Québec. Les véhicules électriques à pile à hydrogène n'émettent pas de gaz à effet de serre et ont le double avantage d'offrir une grande autonomie et de se recharger rapidement.

Toyota fait activement la promotion des technologies écoénergétiques au Québec. Le constructeur a récemment dévoilé en exclusivité chez nous sa nouvelle Toyota Prius Prime, une voiture électrique hybride rechargeable. « La transition énergétique est bien amorcée au Québec », se réjouit Arcand. « Comme promis dans notre Politique énergétique 2030, nous donnons aux consommateurs le choix de prendre le virage. Je suis ravi qu'un acteur aussi important que Toyota ait choisi le Québec pour y construire des installations destinées à ces nouvelles technologies. C'est un grand pas vers notre objectif de réduire la consommation de combustibles fossiles et les émissions de gaz à effet de serre. »

<< Retour

Recherche