Image

BYD planifie ouvrir une usine d’assemblage en Ontario

Le 14 novembre dernier, le manufacturier chinois BYD, concepteur de véhicules électriques de tous genres comme des autobus et des camions, dévoilait son intention d'installer une première usine d'assemblage au Canada. La société dont un des principaux actionnaires, outre le gouvernement de la Chine, est le financier américain Warren Buffett, anticipe une hausse importante de la demande des municipalités et des entreprises privées pour des camions électriques. « Souvent décrite comme la Tesla chinoise, BYD prévoit ouvrir en Ontario sa première usine d'assemblage en sol canadien et d'ainsi créer 40 nouveaux emplois », explique Ted Dowling, porte parole de BYD au Canada. La société de Shenzhen a décidé d'accélérer ses investissements de manière significative alors que la demande pour des véhicules électriques augmente et que les programmes d'incitatifs fiscaux des provinces génèrent un environnement plus attirant qu'aux États-Unis à court terme.

« Il y a beaucoup moins de barrières à l'entrée au Canada pour des produits chinois qu'aux États-Unis », ajoute Dowling. Ce dernier s'est refusé de spécifier où en Ontario l'usine verra le jour, combien l'entreprise investira-t-elle ou si la province lui avait offert des incitatifs pour le projet. Ces données devraient être annoncées au cours des prochaines semaines. Le projet vient au moment où des états transitent vers l'électrification des transports afin de combattre les changements climatiques et réduire les risques à la santé des populations. Le Royaume Uni et la France prévoient bannir la vente de véhicules au diésel et à l'essence en 2040 alors que la Chine anticipe prendre une telle décision sans annoncer de date précise.

Certaines provinces canadiennes, telles le Québec, offrent déjà des milliers de dollars de subventions à leurs citoyens qui achètent des véhicules électriques et aux entreprises prenant la même direction. Le 3 novembre dernier à Vancouver, le géant canadien Loblaws prenait livraison d'un premier camion électrique, un BYD, marquant ainsi son engagement de réaliser une transition de sa flotte vers des véhicules électriques. Quelques jours plus tard Loblaws annonçait avoir placé une commande pour 25 des nouveaux camions électriques Tesla Semi.

BYD entreprendra ses activités au Canada en expédiant de Chine les technologies et composantes pour construire des camions de courts trajets comme des véhicules pour la livraison locale et la cueillette d'ordures et de recyclage. Par la suite, l'entreprise prévoit créer encore plus d'emplois et d'ajouter plus de contenu canadien à ses opérations. « BYD est une société mondiale qui aime se positionner localement », de dire Dowling. « Ça ne fait aucun sens de tout construire en Chine pour ensuite expédier les produits au Canada. C'est beaucoup plus logique de profiter des programmes et incitatifs afin de créer des emplois dans différents marchés. »

<< Retour

Recherche