Advertisement


Image

2 camionneurs arrêtés pour transport de ressortissants

L'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) a annoncé le 3 octobre dernier que deux conducteurs de camions commerciaux avaient été accusés en vertu de la Loi sur l'immigration et la protection des réfugiés (LIPR) après la découverte de onze ressortissants étrangers à l'intérieur de leur camion.

Le 21 septembre 2017, un chauffeur et son co-chauffeur, tous deux résidents du Québec, rentraient au Canada en passant par le pont Ambassador, une structure traversant la rivière St. Clair entre Windsor, ON et Détroit, MI, avec un chargement de fruits et légumes lorsqu'ils ont été renvoyés au secondaire afin qu'on vérifie leur déclaration. Les hommes avaient quitté le pays depuis une semaine et ils n'avaient rien d'autre à déclarer que l'expédition commerciale. Pendant l'examen du camion, les agents des services frontaliers ont découvert onze ressortissants étrangers qui se cachaient derrière un rideau dans la couchette du camion. Les ressortissants étrangers se sont ensuite fait refuser l'entrée au Canada et ont été renvoyés aux États-Unis.

« Les agents de l'ASFC possèdent une formation poussée sur les techniques d'interrogation, d'examen et d'enquête. Cette interception réussie démontre la capacité des agents des services frontaliers à déterminer quand un examen secondaire est requis ainsi que leur engagement à veiller à ce que la frontière ne serve pas à des activités illégales », de dire Rick Comerford, directeur général régional, région du Sud de l'Ontario, ASFC

 

L'ASFC a accusé les conducteurs, Paul Ngoue-Ngameleu, 42 ans, et Henadez Makia Mbeh, 50 ans, de 23 chefs chacun en vertu de la LIPR, notamment :
• Onze chefs d'incitation;
• Onze chefs de fausse déclaration et de dissimulation de faits importants;
• Un chef d'entrave à un agent.

 

Ngoue-Ngameleu et Makia Mbeh ont été remis en liberté sur engagement et doivent comparaître devant la Cour de justice de l'Ontario à Windsor le 23 octobre 2017.

<< Retour

Recherche