Advertisement


Image

ACEEE : Les manufacturiers ne devraient pas reculer

Le mercredi 15 mars 2017, le président des États-Unis, Donald Trump, se rendait à Ypsilanti au Michigan pour rencontrer des dirigeants et des représentants syndicaux de l'industrie de l'automobile américaine. Le but de la rencontre, discuter des normes de l'EPA (Environmental Protectiion Agency) pour les véhicules 2022-2025 quant à l'efficacité énergétique et les émissions de gaz à effet de serre (GES) énoncées par l'administration précédente du Président Obama.

Selon l'industrie, ces normes ont été adoptées trop rapidement sans consultation auprès de l'industrie et engendreraient des dépenses supplémentaires d'environ 33 milliards de dollars. Donald Trump a demandé au nouvel administrateur de l'EPA, Scott Pruitt, de suspendre l'implantation de ces normes afin d'organiser une réelle consultation. Selon plusieurs observateurs, il s'agit d'une victoire pour les manufacturiers d'automobiles. Le président Trump prétend, de son côté, que les normes sévères imposées par son prédécesseur ne traduisent pas les préférences des consommateurs et comprennent des risques pour les travailleurs de l'automobile.

Il faut souligner que le président Trump et Scott Pruitt sont tous les deux des climato-sceptiques. Mais tous ne partagent pas cette opinion, l'American Council for an Energy-Efficient Economy (ACEEE - Conseil américain pour une économie d'efficacité énergétique), croit au contraire que ce recul sur les standards pour les modèles 2022-2025 risquerait d'empêcher les consommateurs d'économiser des dizaines de milliards de dollars à la pompe et les réductions prévues des émissions de GES.

« L'EPA a déterminé en janvier 2017 que les normes étaient réalisables et rentables, même en prenant en considération les projections de prix à la baisse de l'essence », de dire Therese Langer, directrice des programmes de transport de l'ACEEE. « Ces standards avaient été mis à l'essai avec succès en juillet dernier dans le cadre d'une revue technique qui documentait également les bénéfices des normes sur la qualité de l'air et la santé publique. »

« Le lobby de l'industrie automobile a poussé l'administration Trump à ce dénouement mais en réalité, l'industrie fait un faux pas. Tout délai dans l'application de ces normes d'efficacité interromprait leur planification de la production », poursuit madame Langer. « Ce qui est certain c'est que la stagnation technologique n'est pas une recette pour continuer le remarquable succès des manufacturiers américains atteint au cours des dernières années. »

Selon l'ACEEE, le marché mondial hautement compétitif de l'automobile est orienté vers des véhicules à haute efficacité énergétique et faibles émissions. L'ACEEE est d'avis que les manufacturiers devraient poursuivre leurs avancées plutôt que de reculer alors que les consommateurs sont en droit d'avoir accès à des options qui économise le carburant pour limiter l'impact de prix en hausse à la pompe dans les années à venir. « Garder le cap sur les standards de 2025 est la meilleure façon de progresser sur ces deux fronts », de conclure Therese Langer.

<< Retour

Recherche