Advertisement


Image

Investissements en énergies propres en baisse en 2016

À part le secteur des éoliennes en mer (0ff-shore) et celui des acquisitions, les nouveaux investissements dans le domaine des énergies propres ont régressé à 287,5 milliards de dollars US en 2016, soit un niveau de 18% inférieur à celui de 348,5 G$ enregistré en 2015 et 9% plus bas que le total des investissements en 2014. C'est du moins la conclusion de l'étude annuelle réalisée par Bloomberg New Energy Finance (BNEF), une division d'analyse du groupe Bloomberg, pour 2016.

Selon l'étude, une des raisons qui expliquerait cette baisse dans les investissements en énergies propres se veut la baisse constante des coûts des équipements à l'échelle mondiale. Les améliorations techniques ainsi que les coûts plus compétitifs dans les équipements solaires et éoliens font en sorte que plus de mégawatts peuvent être installés pour un même prix. De plus, après des années d'investissements record, le Japon et la Chine ont réduit la construction de nouveaux projets de grande envergure et se concentrent maintenant sur la gestion de la capacité d'énergies propres déjà mise en place.

« Après avoir dopé les dépenses dans les énergies renouvelables à grand renfort de subventions parmi les plus généreuses au monde, ces deux pays restreignent le lancement de nouveaux projets de grande envergure pour se concentrer sur les capacités déjà mises en place », avance Justin Wu, responsable Asie de BNEF.

D'un côté plus positif, les dépenses de capitaux dans des projets éoliens en mer ont atteint 29,9 G$ en 2016, soit une hausse de 40% par rapport à l'année précédente alors que des développeurs en Europe et en Chine tirent avantage de plus grosses turbines et d'une situation économique améliorée. Les acquisitions dans le domaine des énergies propres ont surpassé pour une première fois le cap des 100 G$ en 2016 pour atteindre 117,5 G$ par rapport à 97 G$ en 2015. Pour expliquer cette hausse importante, il faut souligner la somme élevée de 72,7 G$ pour des acquisitions de projets et plus particulièrement un bond considérable des fusions et acquisitions qui se chiffraient à 33 milliards de dollars en 2016.

<< Retour

Recherche